Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Alose savoureuse

Alosa sapidissima
American shad

Fiche descriptive


Rang S : S3
Rang G : G5
Statut au Québec : vulnérable, septembre 2003

L'alose savoureuse est un poisson de la famille des clupéidés, soit la même famille que le gaspareau (Alosa pseudoharengus). De couleur argentée, son corps est de forme plutôt allongée et aplatie latéralement. On la distingue par la présence d'une grande tache sur l'épaule, près du bord supérieur de l'opercule, suivie de plusieurs petites taches foncées. Elle n’a pas de ligne latérale ni de nageoire adipeuse. Sa nageoire caudale est très fourchue. Les adultes mesurent de 40 à 60 cm de longueur et pèsent de un à trois kg. Les femelles sont généralement plus grosses que les mâles.

En Amérique du Nord, l'alose savoureuse est présente le long des côtes de l'Atlantique et du Pacifique, où elle vit principalement en eau salée. Au Québec, on la trouve, en période de migration, depuis le Saint-Laurent supérieur jusqu'au golfe. Au printemps, elle remonte l'estuaire pour atteindre les sites de fraie. Deux frayères sont actuellement connues, soit une dans la rivière des Outaouais et une dans la rivière des Prairies. Or, les données recueillies au cours de l'été 2006 laissent présager que l'alose savoureuse se reproduit aussi dans d’autres parties du réseau Saint-Laurent, soit près de l'exutoire du lac Saint-Pierre, à la hauteur de Batiscan et dans le bras sud de l'île d'Orléans. Au siècle dernier, c'était l'une des espèces les plus importantes pour la pêche commerciale sur la côte Atlantique. À l'instar de la situation prévalant aux États-Unis, les captures d'alose au Québec ont chuté considérablement. Elles sont passées de 290 tonnes métriques en 1955, à 3 tonnes en 1965. À l'heure actuelle, l'alose ne figure à peu près plus que comme capture accidentelle dans les pêcheries. Elle fait l'objet d'une pêche sportive limitée dans la région de Montréal.

L'alose savoureuse est un poisson anadrome. Il naît en eau douce, migre en milieu marin ou il atteint la maturité. Il vit donc la majeure partie de sa vie en milieu marin (baies côtières et estuaire) et revient en eau douce (rivière) pour se reproduire. La reproduction s’effectue au printemps (fin mai et juin) durant la nuit. Les œufs sont libérés par la femelle directement dans l’eau où ils sont fertilisés par les mâles qui l’accompagnent. Les jeunes passent le premier été en rivière et à l’automne, dérivent vers les eaux saumâtres puis vers la mer. Les aloses restent en mer jusqu’à leur maturité, puis retournent en rivière pour se reproduire. Après la fraie, les adultes retournent en mer où ils se rassemblent en banc. Un individu peut frayer plus d'une fois. L’alose savoureuse peut vivre jusqu’à 13 ans. L'alose savoureuse se nourrit principalement de crustacés planctoniques. Cependant, durant la migration précédent la fraie, les reproducteurs mangent peu ou pas du tout. Les phoques figurent parmi les prédateurs de l’alose savoureuse.

Au Québec, la diminution de l'accès aux frayères à la suite de l'aménagement d'ouvrages hydrauliques serait la principale cause du déclin de l'alose savoureuse. Parmi eux se trouvent le barrage de Carillon sur la rivière des Outaouais, la centrale de Rivière-des-Prairies, qui bloque une voie de migration, et la réfection du barrage de l'île des Moulins, qui constitue une entrave à la remontée de l'alose dans la rivière des Mille Îles. La construction des îles d'Expo 67 dans la région de Montréal, le creusage de la voie maritime et la dégradation de la qualité de l'eau lui auraient aussi été néfastes. L'espèce subit un déclin de ses effectifs sur toute la côte Atlantique.

La présence de l'alose savoureuse fait actuellement l'objet d'un suivi au Québec. Des observations sont disponibles au Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ). Un rapport sur la situation, publié en 1997, résume l'information connue sur l'espèce. Un plan de rétablissement a été publié en 2001. Celui-ci a entraîné la réalisation d’études scientifiques qui ont permis, entre autres, la découverte d’une nouvelle frayère et la mise en évidence d’autres secteurs de fraie.

Documentation complémentaire :

Étude de la reproduction de l'alose savoureuse (Alosa sapidissima) du Saint-Laurent par l'écoute des clapotements. (Format PDF, 3 Mo)

MALTAIS, E. 2009. La reproduction de l’alose savoureuse (Alosa sapidissima) dans le fleuve Saint-Laurent. Département de biologie de la Faculté des sciences et de génie. Université Laval. Québec. 64 pages.

Plan de rétablissement de l'alose savoureuse (Alosa sapidissima Wilson) au Québec. (Format PDF, 2,66 Mo)

Rapport sur la situation de l'alose savoureuse (Alosa sapidissima Wilson) au Québec. (Format PDF, 2,66 Mo)

ROBITAILLE, J. A., M. LEGAULT, P. BILODEAU, H. MASSÉ, V. BOIVIN. 2008. Reproduction de l'alose savoureuse Alosa sapidissima dans le Saint-Laurent : répartition et croissance des larves et des juvéniles. Rapport du Bureau d'écologie appliquée et du Ministère des ressources naturelles et de la Faune présenté à la Fondation de la faune du Québec, à la Fondation Héritage Faune et à la Société Hydro-Québec. 60 pages. (Format PDF, 3,83 Mo)

Alose savoureuse
 

 

Aire de répartition

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Carte du Québec
Québec


Carte de l'Amérique du Nord
Amérique du Nord

 


Dernière modification : août 2010
 

Portail du gouvernement du Québec