Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Fouille-roche gris

Percina copelandi
Channel darter

Fiche descriptive


Rang S : S2S3
Rang G : G4
Statut au Québec : vulnérable, mars 2005

Le fouille-roche gris est un petit poisson de fond dont la longueur varie entre 40 et 65 mm. Il appartient à la famille des percidés qui comprend également des espèces telles que la perchaude (Perca flavescens) et le doré jaune (Sander vitreus). Il est de couleur sable ou olive pâle, avec des mouchetures brunes sur le dos. Des petites taches brunes, rondes ou rectangulaires (9 ou 10), parfois réunies par une fine ligne brune, peuvent être observées sur les flancs, le long de la ligne latérale. Les deux nageoires dorsales, l’une épineuse et l’autre à rayons mous, sont bien séparées. Le fouille-roche gris peut-être confondu avec certaines espèces semblables et plus communes dans nos eaux, notamment le fouille-roche zébré (Percina caprodes) et le raseux-de-terre noir (Etheostoma nigrum).

En Amérique du Nord, la répartition du fouille-roche gris s’étend sur un vaste territoire, à l’ouest de la chaîne des Appalaches. Cette répartition est discontinue et fortement localisée. Au Québec, l’espèce est à sa limite nord de son aire de répartition mondiale. Sa distribution est disjointe et les populations sont localisées dans les tributaires du haut Saint-Laurent. Dans le fleuve Saint-Laurent, quelques spécimens ont été récoltés dans le lac Saint-Louis, dans le tronçon entre Bécancour et Batiscan, le tronçon entre Grondines et Donnacona, de même que dans le lac Saint-Pierre et son archipel. L’espèce a également été recensée dans des tributaires de dix régions de la province : Montréal, Laval, Montérégie, Estrie, Outaouais, Mauricie, Centre-du-Québec, Lanaudière, Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches. Depuis 1995, des inventaires plus spécifiques au fouille-roche gris ont permis de confirmer ou d'infirmer la présence de l’espèce sur quelques sites historiques. Ces inventaires ont également permis la découverte du fouille-roche gris dans plusieurs nouveaux plans d’eau, notamment dans neuf rivières situées en Outaouais. La découverte de ces nouveaux plans d’eau est probablement due à l’intensification de l’échantillonnage plutôt qu’à l’élargissement de l’aire de répartition du fouille-roche gris au cours des dernières années ou, encore, à l’accroissement de ses effectifs au Québec.

Le fouille-roche gris se nourrit de proies qu’il retrouve sur le fond des cours d’eau. Son régime alimentaire se compose essentiellement d’insectes, plus particulièrement de larves d'éphémères et de moucherons, mais aussi de grandes quantités d'algues et de débris. Dans son aire de répartition connue, l’espèce est observée dans différents types d’habitats, ce qui rend difficile la description de ses besoins. Le fouille-roche gris fréquente les rivières ou les petits cours d’eau non perturbés et dont la qualité de l’eau est bonne, situés le long des zones boisées ou agricoles. L’espèce favorise les vitesses de courant modérées, les eaux de moins de 60 cm de profondeur et les substrats grossiers composés de galets en association avec d’autres types de matériaux. Au printemps ou au début de l’été, le fouille-roche gris effectuerait une brève migration vers l’amont des cours d’eau afin d’amorcer sa période de reproduction. Les mâles établissent alors des territoires d’environ un mètre de diamètre autour d’une grosse roche, alors que les femelles se déplacent d’un territoire à l’autre, s’accouplant successivement avec plusieurs mâles. Le nombre total d'œufs déposés par une femelle âgée d’un à deux ans serait de l’ordre de 350 à 700 œufs. Les adultes quittent les frayères peu de temps après la reproduction et abandonnent les œufs enfouis dans le gravier.

L’état des populations de fouille-roche gris au Québec n’est pas très bien connu. Aucun inventaire n’a été réalisé dans plusieurs plans d’eau où le fouille-roche gris a été capturé il y a plus de trente ans, ce qui ne permet pas de confirmer ou d’infirmer la présence de l’espèce. Les données disponibles laissent toutefois présumer une diminution des effectifs de fouille-roche gris dans son aire de répartition. Au Québec, le fouille-roche gris se trouve principalement dans le haut Saint-Laurent. Dans cette région du fleuve, les activités agricoles intensives et l’urbanisation occasionnent la dégradation progressive de son habitat. L’espèce serait particulièrement sensible à la turbidité, à l’envasement, aux contaminants et aux substances toxiques, ainsi qu’à la charge excessive en éléments nutritifs. Les autres menaces connues et présumées au fouille-roche gris sont les obstacles au libre passage, l’altération du régime d’écoulement des eaux, la perte ou la destruction de la végétation riveraine, la propagation d’espèces exotiques et de maladies de même que les captures accidentelles.

La présence du fouille-roche gris fait l'objet d'un suivi au Québec. Des observations sont disponibles au Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ). Un rapport sur la situation publié en 1997 résume l'information connue sur l'espèce. Un plan de rétablissement a également été publié en 2001 et mis en œuvre. Ce plan regroupe les stratégies retenues pour atteindre le but et les objectifs de rétablissement du fouille-roche gris ainsi qu’un plan d’action contenant les mesures jugées les meilleures pour rencontrer ces objectifs. Le but visé par le plan est d’améliorer la situation du fouille-roche gris dans son aire de répartition au Québec. Plusieurs projets touchant le fouille-roche gris ont été réalisés depuis la parution du plan, par exemple : des inventaires ciblés sur l’espèce dans certaines régions du Québec, une campagne d’échantillonnage à l’automne 2005 et à l’été 2007 dans le but d’évaluer le risque de capture du fouille-roche gris par les pêcheurs commerciaux de poissons appâts, l’ajout du fouille-roche gris sur la liste des espèces interdites comme poissons appâts en 2009, la publication d’un dépliant de sensibilisation et le développement de méthodes douces d’identification et d’inventaire du fouille-roche gris.

L’Équipe de rétablissement des cyprinidés et des petits percidés du Québec a été formée au cours de l’année 2006 et regroupe plus d’une dizaine de membres provenant des ministères provinciaux et fédéraux et de groupes environnementaux. Elle a été créée puisque plusieurs espèces de petits poissons d’eau douce de la province ont été ou seront bientôt désignées en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables. Actuellement, le mandat de cette équipe est d’assurer le rétablissement du fouille-roche gris, du dard de sable et du méné d’herbe.

Documentation complémentaire :

Plan de rétablissement du fouille-roche gris (Percina copelandi) au Québec. (Format PDF, 191 Ko)

Rapport sur la situation du fouille-roche gris (Percina copelandi) au Québec. (Format PDF, 2,6 Mo)

Vérification de l'identification des dards en collection et mise à jour de la liste des mentions de fouille-roche gris (Percina copelandi). (Format PDF, 1,1 Mo)

Fouille-roche gris
 

 

Aire de répartition

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Carte du Québec
Québec


Carte de l'Amérique du Nord
Amérique du Nord

 


Dernière modification : août 2010
 

Portail du gouvernement du Québec