Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Salamandre sombre des montagnes

Desmognathus ochrophaeus
Allegheny mountain dusky salamander

Fiche descriptive


Rang S : S1
Rang G : G5
Statut au Québec : menacée, octobre 2009

La salamandre sombre des montagnes est un amphibien dépourvu de poumons; elle fait partie de la famille des Pléthodontidés. Elle est reconnaissable par la large bande pâle présente sur son dos qui s’étend de la tête jusqu’à l’extrémité de la queue. Chez l’adulte, cette bande est plutôt beige jaunâtre, mais devient brun foncé avec l’âge. Chez les juvéniles, elle est orangée ou beige et bordée d’une ligne noire bien définie partant de l’œil jusqu’au bout de la queue. Une rangée de chevrons et de points alignés noirs est habituellement visible au centre du dos. Les pattes arrière sont nettement plus grosses que les pattes avant et on note la présence d’une petite ligne pâle entre l’œil et la coin de la gueule. Ces deux caractéristiques sont également observables chez la salamandre sombre du Nord. D’ailleurs, ces deux espèces s’hybrident parfois, rendant difficile l’identification de certains individus. Chez la salamandre sombre des montagnes, les flancs sont mouchetés et le ventre est sombre, pouvant même être noir. À l'âge adulte, la taille de cette salamandre est relativement petite, atteignant une longueur totale ne dépassant pas 11 cm.

La salamandre sombre des montagnes est la plus rare parmi les 10 espèces de salamandres présentes au Québec. Elle a été découverte en 1988 aux confins des Adirondacks, en Montérégie, près de la frontière canado-américaine. Le Canada abrite seulement deux populations connues de salamandres sombres des montagnes : celle qui occupe une petite superficie localisée sur le versant nord de la colline de Covey Hill, dans le sud-ouest du Québec (Montérégie), et une deuxième encore plus petite qui est localisée au pied des chutes Niagara en Ontario. À cet endroit, les éclaboussures d’eau et la brume créent un environnement humide et particulier qui favorise la présence de cette espèce.

La salamandre sombre des montagnes est intimement associée aux sources, aux dépressions humides et aux petits ruisseaux froids en montagne, mais elle est généralement plus terrestre que la salamandre sombre du Nord. On la trouve sous les pierres et le bois pourri et son domaine vital est très petit, de l’ordre de 1 m2. L’hiver, elle se réfugie dans des milieux saturés d’eau, soit sous les pierres ou dans le sol. La salamandre sombre des montagnes se nourrit d’invertébrés et elle est la proie de plusieurs espèces dont la couleuvre à collier et certains oiseaux. Elle peut s’hybrider avec la salamandre sombre du Nord pour produire des individus fertiles. La reproduction se déroule sur terre, soit au printemps ou à l’automne. De façon générale, la ponte se déroule au printemps ou à l’été. La femelle dépose ses œufs au sol, sous une roche ou dans une cavité. Les larves sont aquatiques et se métamorphosent à la fin du premier été ou l’été suivant après un hiver passé en milieu aquatique.

Puisque l’eau souterraine alimente les suintements et les sources qui sont habités par la salamandre sombre des montagnes, les principales menaces touchant cette espèce sont celles qui portent atteinte aux réserves d’eau souterraine comme l’abaissement ou la contamination de la nappe phréatique et le pompage des eaux à des fins commerciales. Par ailleurs, des barrières physiques, telles que les routes et les champs cultivés, peuvent nuire aux déplacements de l’espèce.

L’exploitation forestière à des fins agricoles ou de développements urbains peut également constituer une menace pour cette espèce en endommageant ou en détruisant l’habitat terrestre et en modifiant la qualité ou l’abondance des eaux de surface et souterraines. Enfin, l’utilisation de véhicules tout-terrain et la pratique d’autres activités récréatives dans l’habitat de la salamandre sombre des montagnes pourraient constituer des menaces pour cette espèce.

La salamandre sombre des montagnes fait actuellement l'objet d'un suivi au Québec. Des informations sont disponibles auprès de l’Atlas des amphibiens et des reptiles du Québec (AARQ) et auprès du Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ). Un plan d’intervention sur les salamandres de ruisseaux du Québec a été produit en 2003. Les actions prévues dans ce plan ont principalement porté sur la protection, l’acquisition de connaissances et la sensibilisation. Ce plan visait, entre autres, à assurer la protection des habitats utilisés par la salamandre sombre des montagnes. À cet égard, Conservation de la nature Canada a fait l’acquisition d’un terrain de 122 hectares incluant une partie de la tourbière au sommet de la colline de Covey Hill. Aussi, divers travaux de recherche, d’inventaire, de sensibilisation, d’information et de protection des salamandres et de leur habitat ont été mis sur pied sur la colline de Covey Hill. Parmi les actions réalisées, notons la création et la mise en place d’un laboratoire naturel à Covey Hill permettant, entre autres, de faire la surveillance de l’état des ruisseaux et un suivi des populations de salamandres sur les terrains privés de la colline de Covey Hill. Par ailleurs, un document portant sur les mesures de protection en forêt publique a été publié en 2008 pour trois salamandres de ruisseaux, dont la salamandre sombre des montagnes. Il s’agit de mesures de protection particulières qui doivent être intégrées dans les activités forestières et ce, afin de bien protéger l’habitat terrestre qui borde les cours d’eau auxquels sont étroitement associées les salamandres de ruisseaux.

Documentation complémentaire :

Bilan des actions de l’Équipe de rétablissement des salamandres de ruisseaux du Québec.

COSEPAC. 2007. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la salamandre sombre des montagnes (Desmognatus ochrophaeus) (population des Grands Lacs et du Saint-Laurent et population carolinienne) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. 39 pages.

DESROCHES, J.-F. et D. RODRIGUE. 2004. Amphibiens et reptiles du Québec et des Maritimes. Éditions Michel Quintin, Waterloo, Québec. 288 pages.

Plan d’intervention sur les salamandres de ruisseaux du Québec [la salamandre sombre des montagnes, (Desmognathus ochrophaeus), la salamandre sombre du Nord (Desmognathus fuscus), la salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus) et la salamandre à deux lignes (Eurycea bislineata)].

Plan de conservation des salamandres de ruisseaux au mont Covey Hill, Montérégie. Conservation de la nature Canada et Équipe de rétablissement des salamandres de ruisseaux du Québec. 57 pages. (Format PDF, 6,67 Mo)

Protection des espèces menacées ou vulnérables en forêt publique – Les salamandres de ruisseaux : la salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus), la salamandre sombre des montagnes (Desmognathus ochrophaeus) et la salamandre sombre du Nord (Desmognathus fuscus). (Format PDF, 1,06 Mo)

Rapport sur la situation de la salamandre sombre des montagnes (Desmognatus ochrophaeus) au Québec. (Format PDF, 139 Ko).

Cliquez sur l'image pour obtenir la vidéo Salamandre sombre des montagnes
 

 

Aire de répartition

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Carte du Québec
Québec


Carte de l'Amérique du Nord
Amérique du Nord

 


Dernière modification : juin 2010
 

Portail du gouvernement du Québec