Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Pipistrelle de l'Est

Perimyotis subflavus
Eastern pipistrelle

Fiche descriptive


Rang S : S2
Rang G : G5
Statut au Québec : susceptible d'être désigné espèce menacée ou vulnérable

La pipistrelle de l'Est est une chauve-souris de petite taille dont l'envergure des ailes des adultes varie entre 20 et 26 cm. Elle compte parmi l'une des cinq espèces résidentes de chauves-souris du Québec. Chaque poil de son corps est tricolore : gris à la base, jaune au milieu et brun foncé à l'extrémité. Ceci lui confère une teinte brun-roux. Le poids de la pipistrelle adulte se situe entre 3,5 et 8,3 g, la femelle étant généralement plus grande que le mâle. Sur le terrain, elle s'identifie par son vol lent et saccadé qui ressemble à celui d'un grand papillon nocturne.

On trouve la pipistrelle de l'Est dans l'ensemble de l'est de l'Amérique du Nord, incluant les provinces canadiennes suivantes : l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Au Québec, l'espèce est donc à la limite nord de son aire de répartition. Elle fréquenterait les campagnes, l'orée des bois et le voisinage des bâtiments. Durant les jours d'été, elle s'installe dans les fentes des rochers, les greniers, les cavernes et le feuillage des arbres. Elle s'activerait vers le début de la soirée, en quête d'insectes volants. Pendant l'hiver, elle hiberne dans les grottes naturelles ou les mines désaffectées. Il semble que cette espèce soit très sensible au froid; elle hiberne dès les premières gelées d'octobre, seule ou en petits groupes, et elle s'installe dans des endroits moins froids que ceux choisis par les autres espèces de chauves-souris.

Il existe très peu de données sur la pipistrelle de l'Est au Québec et la tendance de ses populations n'est pas connue. Des inventaires acoustiques effectués à la fin des années 1990 ont permis de l'identifier en Estrie, en Outaouais, en Mauricie, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Gaspésie. À l'automne 1999, un seul hibernacle avait été identifié : une ancienne mine en Estrie, où la pipistrelle de l’Est y serait avec les quatre autres espèces de chauves-souris résidentes. Puisqu'elle passe l'hiver en torpeur dans une caverne ou une mine, elle est sensible au dérangement par les humains lors de cette période. La perte d'habitat par la diminution de chicots pourrait également lui être défavorable.

La présence de la pipistrelle de l'Est fait actuellement l'objet d'un suivi au Québec. Des observations sont disponibles au Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ).

Documentation complémentaire :

BANFIELD, A.W.F. 1977. Les mammifères du Canada. Publié pour le Musée national des Sciences naturelles, Musées nationaux du Canada par Les presses de l'université Laval, deuxième édition. 406 p.

JUTRAS, J. 1999. Programme de protection des hibernacula de chauves-souris au Québec. Rapport d'étape, 1994-1999, Faune et Parcs Québec, Direction de la faune et des habitats, Service de la faune terrestre, 18 p.

PRESCOTT, J. et P. RICHARD. 1996. Mammifères du Québec et de l'Est du Canada. Guide nature Quintin, Waterloo. 399 p.

VAN ZYLL DE JONG, C. G. 1985. Traité des mammifères du Canada, Tome 2. Les chauves-souris. Musée national des sciences naturelles, Ottawa. 215 p.

Carte du Québec : Banque de données sur les chiroptères du Québec. 2000. Société de la faune et des parcs du Québec. Direction du développement de la faune.

Carte de l'Amérique du Nord : HALL, E. R. 1981. The Mammals of North America. John Wiley and sons. 2nd edition. Volumes 1 and 2. 1181 p.

Pipistrelle de l'Est
 

 

Aire de répartition

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Carte du Québec
Québec


Carte de l'Amérique du Nord
Amérique du Nord

 


Dernière modification : 2001-08-17
 

Portail du gouvernement du Québec