Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Tortue ponctuée

Clemmys guttata
Spotted turtle

Fiche descriptive


Rang S : S1
Rang G : G5
Statut au Québec : susceptible d'être désigné espèce menacée ou vulnérable

La tortue ponctuée est une petite tortue d'eau douce. Chez l'adulte, la dossière ne dépasse pas 13 cm. On distingue facilement cette espèce par sa dossière noire parsemée de plusieurs points orangés ou jaunes. À l'inverse de la dossière, le plastron de cette tortue est jaune marqué de taches noires, mais il peut devenir complètement noir avec l'âge. La peau de la tortue ponctuée est également très foncée et elle est habituellement marquée de stries ou de points jaunes. La présence d'une tache jaune de forme ovale située derrière l'oeil facilite également l'identification de cette espèce.

Cette espèce se rencontre seulement dans l'est de l'Amérique du Nord, principalement le long des États côtiers des États-Unis. Au Canada, elle est présente très localement en Ontario, mais les populations y sont en déclin. Au Québec, elle est considérée comme étant très rare, voire même pratiquement disparue. Aucune population ne semble être établie dans la province et il existe seulement deux mentions confirmées de cette espèce. En 1874, l'espèce a été vue à Nicolet, près du lac Saint-Pierre, et en 1967 un spécimen a été trouvé mort sur la route à 8 km au sud de Sherbrooke dans le sud du Québec. Puisque l'espèce n'a jamais été revue à cet endroit et que d’autres mentions se sont avérées erronées ou douteuses, la présence de cette espèce au Québec demeure hypothétique.

La tortue ponctuée fréquente les eaux peu profondes des marécages, des marais, des étangs et d’autres milieux aquatiques d’eau douce. Elle peut être observée en milieu terrestre, particulièrement sur les sols mous, boueux et riches en végétation (sphaignes, quenouilles, etc.). Elle hiberne sous l’eau, sur des substrats mous, ou à l’abri sous un amas de sphaigne. Cette espèce se reproduit dès le mois d’avril et la ponte se déroule au mois de juin ou de juillet dans des lieux qui sont généralement situés près de l’eau. Les touffes d’herbes et les îlots de sphaigne peuvent servir de lieu de ponte. La tortue ponctuée est plutôt sédentaire. Ses déplacements quotidiens ne dépassent généralement pas 20 m et la superficie de son domaine vital varie de 0,5 à 7 ha. Elle se nourrit de larves, de petits crustacés, de têtards, de poissons ainsi que de végétaux.

Le déclin des effectifs est signalé au Canada et aux États-unis. Des relevés menés en Ontario semblent indiquer qu’environ le tiers des populations connues sont maintenant disparues. Ce déclin est attribuable à la destruction des habitats (perte de terres humides) et à la capture illégale de spécimens. Des adultes sont également tués ou blessés par la machinerie agricole et les voitures lorsqu’ils s’aventurent sur la terre ferme. La prédation des nids contribue également au déclin des populations.

Considérant l’absence de mention valide récente pour cette espèce, son aire de répartition actuelle est donc inconnue au Québec. Puisqu’elle s’expose rarement au soleil et qu’elle réduit son activité au milieu de l’été (estivation), l’absence de mention peut toutefois être attribuable à la difficulté à détecter sa présence. On peut trouver de l’information sur l’espèce dans l’Atlas des amphibiens et des reptiles du Québec (AARQ) et auprès du Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ). Par ailleurs, un plan de rétablissement portant sur cinq espèces de tortues trouvées au Québec (dont la tortue ponctuée) a été publié en 2005. En ce qui concerne la tortue ponctuée, l’objectif de ce plan est de confirmer la présence de l’espèce au Québec d’ici 2010. En Ontario, des travaux d’inventaire et de recherche sont en cours. Ils permettent l’acquisition de connaissances sur la biologie, la dynamique des populations et les exigences d’habitat de l’espèce. Des activités de sensibilisation et d’information du public ainsi que de protection (habitats et nids) et d’intendance des terres sont également en cours afin de favoriser le rétablissement de certaines populations.

Documentation complémentaire :

DESROCHES, J.-F. et RODRIGUE, D. 2004. Amphibiens et reptiles du Québec et des Maritimes. Éditions Michel Quintin, Waterloo, Québec. 288 pages.

Plan de rétablissement de cinq tortues pour les années 2005 à 2010 : la tortue des bois (Glyptemys insculpta), la tortue géographique (Graptemys geographica), la tortue mouchetée (Emydoidea blandingii), la tortue musquée (Sternotherus odoratus) et la tortue ponctuée (Clemmys guttata). (Format PDF, 1,46 Mo).

COSEPAC. 2004. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la tortue ponctuée (Clemmys guttata) au Canada – Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. 29 pages.

Tortue ponctuée
 

 

Aire de répartition

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Carte du Québec
Québec


Carte de l'Amérique du Nord
Amérique du Nord

 


Dernière modification : juillet 2009
 

Portail du gouvernement du Québec