Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Animaux importuns - dommages causés par la faune

Animaux importuns - dommages causés par la faune

Accueil
Portail Quebec

Fiches individuelles d'animaux importuns

Version imprimable

Cerf de Virginie
Odocoileus virginianus

Cerf de Virginie

Le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) est le cervidé le plus abondant en Amérique du Nord. Son pelage est gris en hiver et roux en été. Par sa petite taille ainsi que sa forme élancée et gracieuse, le cerf de Virginie se distingue facilement des deux autres cervidés présents au Québec, soit l'orignal (Alces americanus) et le caribou (Rangifer tarandus). Il se distingue plus difficilement de certains cerfs exotiques qui s'échappent occasionnellement des fermes d'élevage.
Longueur 134 à 206 cm;
Hauteur à l’épaule 90 à 105 cm.

Dommages et indices
 
Dommages
Indices

Végétation

Les haies, arbustes et arbres décoratifs sont endommagés. Surtout à la fin de l’hiver, quand les cerfs se déplacent près des ravages ou des sites de nourrissage artificiel.

Traces de broutement jusqu’à approximativement 180 cm de hauteur.

Formation de nouvelles tiges principales.

Présence de pistes, sentiers ou fèces.

Endommagent les arbres ou les semis des plantations de feuillus.

Endommagent les sapins de Noël cultivés (Abies balsamea) et les rendent impropres à la vente.

Endommagent les cultures fourragères ou céréalières, surtout au printemps si la densité de cerfs est élevée.

Traces de broutement et piétinement dans les champs.

Les cerfs, à la recherche de nourriture, endommagent les balles de foin, de luzerne ou de graminées.

Trous dans les balles de foin et autres indices comme la présence de pistes, de sentiers ou de fèces.

Limitent la régénération naturelle des boisés.

Traces de broutement, fortes concentrations de cerfs, régénération ralentie ou changement d’espèce dominante.

Véhicules

Danger pour le public, dommages à la propriété.

Présence de cerfs sur le bord des routes. Ravages près des routes ou des sentiers.

Incursions en milieu urbain

Dérangements, dangers pour le public et la propriété privée.

Observation de cerfs, souvent paniqués, en milieu urbain.

Indices à ne pas confondre

Les rongeurs comme que le lièvre d’Amérique (Lepus americanus) peuvent aussi brouter des espèces arbustives ou arborescentes. Cependant, la trace laissée par le broutement de ces espèces diffère. Le cerf déchire l'extrémité des rameaux et laisse des morceaux de bois effilochés, tandis que les rongeurs coupent les rameaux en forme de biseau. Le broutement du cerf peut aussi être confondu avec celui de l’orignal, mais le broutement de l’orignal atteint une hauteur plus grande. Le cerf ne broute généralement pas à un niveau plus haut que 180 cm. Aussi, les empreintes de l’orignal sont plus grandes.

Rôle bénéfique

Le cerf de Virginie est un animal fort populaire au Québec. L'activité économique générée par la chasse sportive est importante. Par exemple, en 2000, la chasse au cerf de Virginie rapportait 78,4 M$. Pour beaucoup de gens, c'est aussi un animal élégant qui est agréable à observer.

Particularités

Les cerfs sont des herbivores opportunistes qui s’adaptent rapidement aux sources de nourriture disponibles selon les régions et les saisons. Ils ont une diète très variée, composée de plantes herbacées, de feuillage, de ramilles et de fruits. Ses aliments préférés sont les feuilles et les bourgeons des arbres et arbustes, mais il peut aussi consommer du maïs, des légumes ou des fruits cultivés. Lorsque la végétation est peu abondante, ils utilisent toute nourriture végétale comestible. En été, presque toutes les étendues boisées ou broussailleuses qui offrent de la nourriture peuvent servir d’habitat aux cerfs de Virginie. En hiver, à mesure que la couche de neige s’épaissit, ils se rassemblent dans des quartiers d’hivernage ou « ravages » qui leur offrent de la nourriture et un abri contre les tempêtes et les amoncellements de neige. La migration de leur habitat d’été vers leur lieu d’hivernage les oblige parfois à parcourir plusieurs kilomètres.

Les hivers plus cléments et une chasse plus restrictive ont favorisé la croissance des populations de cerfs au Québec. De plus, par ses pratiques agricoles, sylvicoles ou ornementales, ou même par le nourrissage volontaire, l'homme met davantage de nourriture à la disposition des cerfs. Aujourd’hui, les densités de cerfs ont atteint des niveaux élevés dans plusieurs régions du Québec et, malgré une situation encore acceptable à l'échelle provinciale, plusieurs régions méridionales sont affectées par le broutement du cerf.

Quoi faire?

MISE EN GARDE

Toute intervention effectuée à l'endroit des animaux importuns doit être guidée par un souci premier de mise en valeur et de conservation des ressources. Les méthodes visant à éliminer les individus indésirables devraient toujours être considérées de prime abord dans la perspective des récoltes légales, que ce soit par la chasse ou le piégeage (selon les différentes espèces), de même qu'en fonction de l'usage à une fin quelconque du spécimen (peaux, consommation, etc.).

Méthodes préventives

Haies, arbustes et arbres ornementaux

Aménagement

  • Si possible, planter des espèces de plantes qui sont peu recherchées par le cerf. Par exemple, évitez de planter des cèdres (Thuya spp.).

Pour plus d’information concernant les espèces à privilégier, consultez le fascicule 2 de la série Le cerf de Virginie - Comment faire face aux dommages qu'il peut causer?.

Exclusion

Le moyen le plus efficace de protéger les haies, arbustes ou arbres ornementaux est d’en recouvrir les parties accessibles pendant l’hiver. Il faut bien s’assurer de la solidité des installations, car les cerfs sont tenaces lorsqu’ils sont affamés.

  • Installer une clôture en bois, en plastique (mailles de 4 X 6 cm) ou de construction (mailles de 5 X 5 cm) sur une structure en bois ou directement sur la haie.
  • En dessous des clôtures, disposer une couche de jute pour assurer une protection supplémentaire.
  • Mettre une clôture électrique le long de la haie pour empêcher les cerfs d’y accéder.

Plantations de feuillus

Aménagement de la plantation

  • Planter les feuillus en milieu forestier ou en friches plutôt que dans des champs.
  • Nettoyer les sous-bois environnants pour y réduire le couvert arbustif et le rendre moins attrayant.

Exclusion

  • Utiliser des protecteurs en grillage ou des treillis pour les jeunes plants, jusqu’à une hauteur de 2 m.
  • Disposer une clôture électrique ou un treillis autour des plantations sensibles.

Plantations de sapins de Noël

Aménagement de la plantation

  • Éviter de planter des sapins de Noël près des secteurs à fortes densités de cerfs, comme les ravages.
  • En bordure, planter des sapins sauvageons ou semi-cultivés; ils attirent moins les cerfs et atteignent la taille de récolte plus rapidement.

Exclusion

  • Installer une clôture autour de la plantation.

Régénération naturelle des boisés

Aménagement du boisé

  • Effectuer les travaux forestiers en tenant compte des cerfs.

Pour plus d’information concernant l’aménagement des boisés, consultez le fascicule 4 de la série Le cerf de Virginie - Comment faire face aux dommages qu'il peut causer?.

Cultures fourragères ou céréalières

Les dommages aux cultures sont plus graves lorsque la densité de cerfs est élevée, que la quantité de boisé est faible et lorsque les espèces plantées sont fortement appréciées des cerfs. Cependant, les dommages aux cultures sont généralement de valeur insuffisante pour justifier de grands investissements comme l’installation de clôtures.

Aménagement des cultures

  • Dans les champs situés à proximité des boisés et des ravages, opter pour des types de fourrages ou de céréales moins prisés par les cerfs (luzerne, trèfle).

Pour plus d’informations, consultez le fascicule 2 de la série Le cerf de Virginie - Comment faire face aux dommages qu'il peut causer?.

Balles de foin

Disposition

Ramasser rapidement les balles de foin, les garder à une grande distance des boisés et à proximité des bâtiments, dans les secteurs où l’activité humaine est plus grande.

Dans les secteurs à haut risque, doubler, sur le dessus, les plastiques recouvrant les balles de foin.

Exclusion

Si les dommages persistent, regrouper les balles de foin près des bâtiments et installer une clôture électrique ou en treillis métallique.

Pour tous les types de dommages à la végétation

Les répulsifs visuels ou sonores

Attention ! Avant d’utiliser des répulsifs sonores, consultez les autorités locales pour savoir si la réglementation le permet. De plus, ces répulsifs peuvent incommoder vos voisins; déclenchez-les seulement au lever du soleil et arrêtez-les à la tombée du jour.

Plusieurs répulsifs existent pour effaroucher les cerfs et les éloigner des lieux où ils causent des dégâts. Cependant, ils ont la réputation de ne fonctionner que pour de courtes périodes et d’être plus efficaces lorsqu’ils sont combinés à d’autres méthodes préventives. Pour assurer une plus grande efficacité, il faut aussi les déplacer régulièrement et varier l’intervalle entre les détonations.

  • Sur les clôtures, accrocher des assiettes d’aluminium ou des fanions qui virevoltent au vent.
  • Utiliser des pistolets pyrotechniques, des sirènes ou des klaxons.
  • Utiliser des pistolets-effaroucheurs ou des canons au propane programmés pour se déclencher automatiquement. Varier la durée entre les intervalles afin d’éviter l’accoutumance.

Répulsifs gustatifs et odorants

Les répulsifs gustatifs (Thiram) ou odorants sont des substances dont l’odeur ou le goût ont la propriété de tenir les animaux à l’écart. Ils peuvent être efficaces pour empêcher les cerfs de prendre l’habitude de visiter les jardins, haies ou arbres ornementaux. Ils doivent être appliqués avant que les habitudes des cerfs ne soient prises. Malgré cela, les cerfs s’accoutument rapidement au répulsif et celui-ci est en général inefficace après quelques semaines. Plusieurs substances ont été utilisées telles que de l’urine et fèces d'animaux prédateurs, produits à base de sang, substances anti-mites, œufs pourris, goudron d’ammoniac, etc.

Le résumé de l’efficacité de plusieurs répulsifs se trouve dans le fascicule 3 de la série Le cerf de Virginie - Comment faire face aux dommages qu'il peut causer?.

Les chiens

Il est interdit de harceler les cerfs dans les ravages ou leur milieu naturel. Les propriétaires en sont tenus responsables.

Les chiens peuvent éloigner les cerfs d'une récolte ou d'un verger. Ils doivent demeurer à l'intérieur des limites de la propriété et ne pas harceler les cerfs dans leur milieu naturel. Pour confiner le ou les chiens, utiliser une laisse, une clôture ou une clôture invisible qui, par l’entremise d’un collier récepteur posé sur le chien, transmet une légère décharge électrique de faible intensité et l’incite à ne pas la traverser.

Collisions avec des véhicules

Conduite routière

Pour réduire le nombre d’accidents routiers, le moyen le plus efficace est de conduire prudemment. Voici les règles générales d’une conduite prudente en présence de cerfs.

  • Il faut réduire la vitesse et toujours être vigilant, surtout dans les secteurs où des panneaux de signalisation indiquent la présence fréquente de cerfs.
  • Il est aussi important d’être plus attentif durant les périodes du jour où le danger de heurter un animal est plus grand, soit à l'aube et au crépuscule et ce, particulièrement en juin, juillet, octobre et novembre.
  • Être spécialement attentif dans les secteurs où la visibilité est réduite en raison de la présence de courbes, de pentes ou de végétation dense en bordure de la route.
  • Ralentissez immédiatement si vous devinez la présence de cervidés aux abords de la route. Ils sont nerveux et imprévisibles et peuvent très rapidement surgir sur la chaussée.
  • En actionnant vos freins ou lumières à plusieurs reprises, signalez la présence de cervidés aux conducteurs qui vous suivent. Rappelez-vous que les cervidés peuvent se déplacer en petits groupes.
  • Si l'un de ces animaux traverse la route devant votre véhicule, il faut ralentir et être aux aguets car d'autres pourraient le suivre.
  • Ne jamais effectuer de manœuvre brusque pour tenter d'éviter un cervidé au dernier moment; un accident beaucoup plus sérieux pourrait en résulter. Si l’animal est très près, ralentissez et freinez progressivement pour ne pas perdre le contrôle du véhicule. Dans le cas du cerf de Virginie, souvent, il vaut mieux heurter l'animal que de chercher désespérément à l'éviter.
  • Enfin, certains produits destinés à votre sécurité sont en vente sur le marché (par exemple, le sifflet à chevreuil), mais on n’a cependant pas démontré leur efficacité.

Exclusion

À certains endroits particuliers, le ministère des Transports a installé, en bordure des routes et autoroutes, des clôtures électrifiées. Ces installations minimisent les risques de collision avec les voitures et permettent de sauver des vies humaines aux endroits de traverse importants.

La chasse sportive

Le contrôle des populations de cerfs à l’aide d’une chasse sportive adaptée à chaque région constitue la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour maintenir les populations de cerfs à des niveaux souhaitables et limiter les dommages. La chasse représente un potentiel économique intéressant. Une bonne gestion nécessite une bonne organisation sur le plan local et régional et elle implique une étroite collaboration entre les agriculteurs, les chasseurs, les forestiers et les gestionnaires de la faune. La chasse à proximité de sites endommagés par les cerfs constitue un moyen efficace de réduire localement la population de cerfs et un moyen de réduire les dommages. Au Québec, la règlementation en vigueur permet d'utiliser la carabine, le fusil, les armes à poudre noire et à poudre moderne, l'arc et l'arbalète.

Méthodes de contrôle

Le cerf est un animal à déclaration obligatoire. Il faudra toujours aviser un agent de protection de la faune avant d’utiliser une méthode de contrôle. Un appel logé à la centrale SOS Braconnage (1 800 463-2191) peut être le meilleur moyen de joindre l’agent le plus près des lieux.

Capture et relocalisation

Attention! La capture et la relocalisation sont des méthodes de contrôle uniquement praticables par les employés autorisés du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Un cerf en milieu urbain représente un danger potentiel du fait de son affolement. Il faut donc éviter les foules et de faire du bruit, cela pourrait le faire paniquer. Laissez-lui un corridor de fuite et appelez un agent de protection de la faune. Un appel logé à la centrale SOS Braconnage (1 800 463-2191) peut être le meilleur moyen de joindre un agent le plus près des lieux. Il évaluera la situation, procédera à la sécurisation du secteur et verra à déplacer l’animal vers des zones sans danger.

Pour en savoir plus

Biologie

Gestion des populations

Dommages et méthodes de prévention

  • Guide à l’intention des propriétaires subissant des dommages causés par le cerf de Virignie (Format PDF, 478 Ko)

Clôtures

  • Le cerf de Virginie - Comment faire face aux dommages qu'il peut causer? - Fascicule 3

Lois et règlements

 

Dernière modification : 2011-02-02





Gouvernement du Quebec © Gouvernement du Quebec, 2007