Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Animaux importuns - dommages causés par la faune

Animaux importuns - dommages causés par la faune

Accueil
Portail Quebec

Fiches individuelles d'animaux importuns

Version imprimable

Petite chauve-souris brune
(Myotis lucifugus)
Petite chauve-souris brune
Grande chauve-souris brune
(Eptesicus fuscus)
Grande chauve-souris brune

Les chauves-souris sont les seuls mammifères réellement capables de voler. Il existe au Québec huit espèces de chauve-souris insectivores et, de loin, il est plutôt difficile de les distinguer les unes des autres. Il est possible de reconnaître les espèces en analysant les sonagrammes produits par des appareils qui enregistrent leurs cris. Les chauves-souris connaissent un déclin à l'échelle de la planète en raison notamment des pertes d'habitats, le manque d'abris et le dérangement des colonies. Au Québec, comme certaines espèces font partie de la liste des vertébrés susceptibles d'être désignés comme menacés ou vulnérables, on doit donc être très prudent dans l'application des moyens de contrôle.

 Pour obtenir plus d’information sur les chauves-souris n’hésitez pas à consulter le site Chauves-souris aux abris (www.chauve-souris.ca).

Dommages et indices

Contrairement aux rongeurs, elles ne causent aucun dommage structural. À part le bruit, l'accumulation de fèces, les odeurs et la présence possible de tiques, mouches et blattes, elles ne causent pas d'autres types de dommages. La meilleure façon d'éviter ces problèmes est de prendre les mesures nécessaires pour que les chauves-souris ne pénètrent plus dans votre maison. Il ne faut pas oublier que les chauves-souris sont inoffensives et qu'elles détruisent de grandes quantités d'insectes nuisibles.

 
Dommages
Indices

Présence de chauves-souris dans la maison

Une ou deux chauves-souris apparaissent soudainement dans la maison. Il peut s'agir d'individus qui sont entrés par une fenêtre ou qui hibernent en solitaire. Ce sont souvent des jeunes qui apprennent à voler.

Visuel

Le soir à la brunante et durant la nuit.

 

Présence d'une colonie dans la maison

Une colonie d'un nombre variable d'individus établie dans un grenier ou une cave. Une telle colonie peut être assez bruyante. L'accumulation de fèces peut tacher les bâtiments, provoquer des odeurs nauséabondes et permettre le développement d'invertébrés nuisibles.

Bruits
Différents bruits tels que grattements ou vocalisations.

Fèces

Segmentés, étirés et friables. Ils deviennent poudreux lorsqu’ils sont écrasés ou broyés. Ils ont une odeur déplaisante lorsque la colonie est importante. Souvent les fèces s'accumulent sur les murs extérieurs là où les chauves-souris entrent.

Urine

Elle se cristallise à la température ambiante et donne un aspect poudreux aux surfaces où elle a été déposée.

Indices à ne pas confondre

Bruits

Ils peuvent être dus à la présence d'oiseaux ou de petits rongeurs (rats, écureuils, souris) dans la cheminée, dans le grenier ou entre les murs.

Rôle bénéfique

Les chauves-souris que nous avons au Québec consomment de très grandes quantités d'insectes. Un seul spécimen peut consommer de 500 à 1 000 insectes par heure! En outre, leurs fèces parfois sont utilisés comme engrais naturel.

Particularités

Durant l'été, plusieurs espèces de chauves-souris choisissent des habitations pour s'y reposer en colonies. On peut les retrouver à différents endroits : dans la corniche ou dans les crevasses et fissures autour de la toiture, dans le grenier ou sous le revêtement extérieur. Compte tenu de leur petite taille, elles peuvent s'infiltrer dans des espaces très peu accessibles (ouvertures de plus de 6 mm de diamètre). Souvent, leur présence à l'intérieur des maisons n'est même pas soupçonnée. Les femelles possèdent un instinct de retour au gîte extrêmement marqué. Certaines espèces peuvent vivre jusqu'à 30 ans et reviennent continuellement au même site, année après année. Une colonie expulsée a donc tendance à revenir avec obstination au site d'élevage

L'été, les femelles nichent avec les jeunes l'été (colonies d'élevage) tandis que les mâles nichent seuls, derrière un volet, sous les corniches, dans les granges, etc.

La petite chauve-souris brune est une espèce plus communément associée aux édifices. Elle est très grégaire et ses colonies peuvent comprendre quelques centaines à quelques milliers d'individus. Elle partage souvent son dortoir avec la grande chauve-souris brune. La colonie s'établit de préférence à proximité d'un plan d'eau (étang, lac, marécage, piscine, etc.) où elle se nourrit d'insectes. En été, le dortoir sert à l'élevage des jeunes. Vers le mois d'octobre et pendant tout l'hiver, la colonie hiberne dans des cavernes ou des mines abandonnées ou des cavernes naturelles.

La grande chauve-souris brune

C'est une espèce plus sédentaire que la petite chauve-souris brune. Ses colonies peuvent comprendre une douzaine à quelques centaines d'individus. Elle utilise les bâtiments autant pour l'élevage des jeunes, en été, et parfois que pour l'hibernation en hiver (à partir du mois de novembre). Ce ne sont pas tous les bâtiments qui présentent les conditions adéquates pour l'hibernation. La température doit y être froide sans descendre sous 0 °C et le taux d'humidité doit être élevé pour éviter la déshydratation des chauves-souris. Cette espèce est moins tolérante aux températures élevées que la petite chauve-souris brune. C'est souvent elle qui apparaît brusquement dans la maison, délogée du grenier par la chaleur.

Les chauves-souris subissent du dérangement dans leur habitat naturel : visite de grottes, chicots abattus, etc. C'est peut-être une des raisons pour lesquelles elles utilisent les mines et les greniers.

Quoi faire?

Toute intervention effectuée à l’égard des animaux importuns doit être guidée par un souci premier de mise en valeur et de conservation des ressources. Les méthodes visant à éliminer les individus indésirables devraient toujours être considérées dans la perspective des récoltes légales, que ce soit par la chasse ou le piégeage selon les différentes espèces, de même qu’en fonction de l’usage à une fin quelconque du spécimen (fourrure, consommation, etc.)

Transmission de maladies

La rage

Les chauves-souris peuvent être porteuses de la rage et ce, même si les cas de transmission de cette maladie par celles-ci sont peu fréquents au Québec. Il faut donc toujours faire preuve de prudence en évitant de manipuler ou de toucher une chauve-souris, qu'elle soit morte ou vivante, puisque la moindre morsure, si petite soit-elle, de même que tout contact d’une muqueuse (ex. : oeil, nez, bouche) avec la salive d’un animal infecté entraînera des conséquences graves si un traitement médical adéquat n’est pas immédiatement administré. En cas de morsure ou d'égratignure causée par une chauve-souris, il faut immédiatement laver la plaie à l'eau claire et au savon pendant au moins 10 minutes. Il est ensuite nécessaire de contacter rapidement le service Info-Santé, en composant le 811, où des spécialistes pourront évaluer la pertinence de faire vacciner la personne concernée. Lorsque cela est possible, il est préférable de conserver la chauve-souris en cause au cas où l’analyse était requise. Les consignes à cet effet vous seront données par les intervenants de la santé.

Il va sans dire qu’il faut toujours porter des gants de cuir épais lorsqu’on doit manipuler une chauve-souris, et ces gants doivent être bien désinfectés après usage. De plus, lors de déplacements dans un milieu abritant une importante colonie de chauves-souris, il est préférable de porter également un masque.

Comme la rage est aussi transmissible aux chiens et aux chats, il est évidemment important de faire vacciner vos animaux domestiques contre cette maladie.

Le syndrome du museau blanc

Le syndrome du museau blanc (SMB) a été détecté dans plusieurs États américains dont, entre autres, les États de New York et du Vermont, ainsi que dans les provinces de l’Ontario et du Québec. Les chauves-souris affectées par ce syndrome présentent souvent une infection fongique de couleur blanche sur le museau et sur les parties du corps dénudées de poils (exemple : oreilles et ailes). Afin de documenter la progression de la maladie au Québec, le Ministère invite les citoyens à signaler toute observation de chauves-souris présentant des signes pouvant être attribuables au SMB. Pour ce faire, vous pouvez communiquer avec les services à la clientèle du Ministère au 1 866 248-6936, afin de signaler votre observation. Jusqu’à présent, aucune évidence ne permet de croire que le syndrome est dangereux pour l’homme de quelque façon que ce soit.

Méthodes préventives

Présence de chauves-souris dans la maison

Ouvrir les fenêtres et éteindre les lumières. La chauve-souris qui est entrée par hasard par une fenêtre ressortira. Si elle refuse de sortir, on peut l'attraper avec un filet, une petite boîte ou avec ses mains (toujours porter des gants de cuir épais) et la libérer dehors.

Présence d’une colonie dans la maison

Exclusion

Cette méthode implique deux étapes successives :

  1. Bloquer tous les interstices du grenier ou de la cave sauf un (brèches de 0,6 x 3,8 cm ou plus et ouvertures de plus de 1,6 x 2,2 cm).

    On peut déceler ces interstices par la présence de courants d’air au moyen de la fumée d’une cigarette ou de la flamme d’une chandelle, d’un matériau très léger fixé à un support, etc.

    On peut aussi observer les chauves-souris au coucher du soleil lorsqu’elles quittent la maison et ainsi identifier les différents orifices qu’elles utilisent.

  2. Une fois les chauves-souris sorties à la tombée de la nuit, bloquer le dernier interstice. On peut également utiliser un dispositif qui empêche le retour des chauves-souris tout en permettant à celles qui seraient restées de sortir. On peut tout simplement installer un filet à mailles fines par-dessus l'interstice en attachant le haut et les côtés, mais pas le bas. Ainsi les chauves-souris peuvent sortir en se glissant sous la partie du bas, mais ne peuvent plus pénétrer dans le bâtiment.

On doit éviter de faire ces opérations lorsque les jeunes ne peuvent voler (de mai à la fin d'août) pour éviter qu'ils ne meurent à l'intérieur de la maison. En octobre, après leur départ est un moment propice.

Répulsifs

  • Boules à mites (2,4 kg/30 m3).
  • Lumières.
  • Courants d'air (ventilateurs, fenêtres ouvertes, etc.).

Note : l’inhalation prolongée de vapeurs de naphtaline (boule à mites) peut être dangereux pour la santé des humains.

On peut utiliser cette méthode pour inciter les chauves-souris à quitter les lieux. Cette méthode peut donc être utilisée conjointement avec l'exclusion. Seule, elle ne donne aucun résultat à long terme, car les chauves-souris retourneront au site aussitôt que l'odeur se dissipera ou que les autres dispositifs seront retirés.

Modification de l’habitat

On peut aménager des cabanes à chauves-souris pour loger celles-ci, une fois la colonie exclue et la maison rendue inaccessible. Voir la section « Renseignements supplémentaires » pour plus de détails.

Nettoyage

Une fois que les chauves-souris ont été expulsées de la maison et qu'elles ne peuvent plus y retourner, il est important de désinfecter le site à l'eau et au savon si celui-ci contient des accumulations de guano (nom donné aux fèces de la chauve-souris).

Dans le cas où de grandes quantités de guano sont accumulées, il peut être pertinent de faire appel aux services d'un exterminateur certifié, car des insectes associés au guano peuvent venir s'y alimenter une fois les chauves-souris évacuées.

Méthodes de contrôle 

Capture et relocalisation

C'est une méthode plus complexe, plus longue et moins efficace que l'exclusion. De plus, elle nécessite la manipulation des chauves-souris, ce qui est risqué, comme on le mentionne dans la section « mise en garde » ci-dessus. Utilisée seule, cette méthode n'est pas efficace, car les chauves-souris possèdent un instinct de retour au gîte très marqué. Cette solution est non recommandée.

Poisons

À proscrire. Ces méthodes causent plus de problèmes que les chauves-souris vivantes. En effet, les chauves-souris empoisonnées peuvent être mangées par les animaux sauvages ou domestiques.

Autres inconvénients, elles meurent souvent dans des endroits inaccessibles et se putréfient alors dans les caves et greniers, empestant tout le bâtiment. Finalement, une chauve-souris affaiblie par une petite dose de poison deviendra plus vulnérable à diverses maladies comme la rage.

Renseignements supplémentaires

Construction d'un nichoir à chauve-souris

Pour éliminer le problème de chauves-souris indésirables dans une maison sans pour autant perdre de bons « chasse-moustiques », on peut installer des nichoirs à chauves-souris à l'extérieur. Leur efficacité ne fait cependant pas l'unanimité. Il faut savoir que les chauves-souris femelles recherchent les endroits chauds pour avoir leurs petits. Dans les greniers des maisons ou les granges, la chaleur s'y accumule facilement pendant les journées chaudes d'été et la température y demeure suffisamment élevée pendant la nuit. Alors que dans un petit nichoir, la température ambiante chute rapidement lors de nuits fraîches. De tels nichoirs fonctionnent bien dans les États chauds du sud des États-Unis. Sous nos latitudes, il sont utilisés par des mâles solitaires ou des femelles sans petits.

Localisation

Le nichoir doit être attaché solidement sur un poteau ou sur un mât placé à environ 4 ou 5 mètres du sol. Le nichoir peut être installé sur un bâtiment non résidentiel, mais il est recommandé de ne pas l’installer sur le mur d’une résidence afin d’éviter l’intrusion accidentelle de chauves-souris dans l’habitation. Il doit aussi être très bien protégé du vent et l'entrée devrait faire face au sud-est. En effet, le nichoir doit être exposé au soleil au moins 4 heures par jour. Lorsqu'il est fixé au mur d'un bâtiment, la chaleur accumulée dans le mur rayonne pendant la nuit et « réchauffe » en quelque sorte le petit nichoir.

Matériaux

Utiliser du bois de construction (épaisseur de 2 cm) non traité et très rugueux. Les surfaces doivent être rudes pour permettre aux chauves-souris d'y grimper. Il est aussi recommandé de mettre un revêtement de caoutchouc ou de papier goudronné noir sur le dessus et les côtés du nichoir pour permettre son imperméabilisation. Le bois doit être peint en noir pour absorber les rayons du soleil le jour. On peut également tenter d'attirer les chauves-souris dans le nichoir en frottant ses parois intérieures avec du guano frais. Il est aussi fortement recommandé de regrouper plusieurs nichoirs sur le même poteau, mât ou bâtiment, les chauves-souris aimant se déplacer d'un nichoir à l'autre.

Utiliser un modèle de nichoir qui a fait ses preuves

Installer le nichoir au mois d'avril. Cela peut prendre de quelques semaines à quelques années avant que les chauves-souris ne découvrent l'installation. Une fois chassées du grenier, il n'est pas rare qu'elles choisissent les nichoirs artificiels. Elles peuvent aussi partir à la recherche d'un autre bâtiment ou d'un arbre creux.

Pour obtenir des informations sur la construction d'un nichoir pour chauve-souris, on peut s'adresser au Biodôme de Montréal au numéro 514 868-3000.

Pour en savoir plus

Banfield, A.W.F. 1977. Les mammifères du Canada. 2e édition. Les Presses de l’Université Laval et University of Toronto Press. Ste-Foy. 406 p.

Bird, David M. 1987. Les petits animaux sauvages autour de la maison comment s'enaccommoder. Centre de conservation de la faune ailée de Montréal. 122 p.

Prescott, J. et P. Richard. 1996. Mammifères du Québec et de l’est du Canada. Éditions Michel Quintin. Waterloo. 399 p.

Van Zyll de Jong. 1985. Traité des mammifères du Canada. Volume 2 : Les chauves-souris. Musées nationaux du Canada. 215 p.

Biodôme de Montréal – Des dortoirs pour les chauves-souris du Québec

Pour obtenir plus d’information sur les chauves-souris n’hésitez pas à consulter le site Chauves-souris aux abris (www.chauve-souris.ca).

 

 

Dernière modification : Février 2011





Gouvernement du Quebec © Gouvernement du Quebec, 2007