Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Animaux importuns - dommages causés par la faune

Animaux importuns - dommages causés par la faune

Accueil
Portail Quebec

Fiches individuelles d'animaux importuns

Version imprimable

Raton laveur
Procyon lotor

Raton laveur

Le raton laveur est facile à identifier : il possède une allure trapue, un masque blanc bordé de noir autour des yeux et une queue pourvue de 4 à 6 anneaux noirs. Le museau est pointu et les yeux sont d'un noir brillant. 

Longueur : de 65 à 96 cm.

Dommages et indices
 
Dommages
Indices
Alimentation

dans les cultures de maïs;
dans les jardins;
dans les ruches;
dans les poubelles;
dans les poulaillers;
dans les basses-cours;
dans les campings;

roule les mottes de gazon fraîchement installées
à la recherche de vers et d’insectes.

Poulaillers : les volailles ont souvent la tête coupée, la poitrine ouverte et mâchée, les entrailles sont consommées. On peut retrouver des morceaux de chair près de l’eau. Les œufs sont souvent fracturés suivant l’axe le plus long, le matériel du nid est déplacé.

Maïs : on retrouve plusieurs épis largement mangés, les feuilles étant rabattues vers le bas de l’épi. Les tiges du maïs sont cassées, car l’animal essaie d’y grimper.

Présence de trous dans le gazon, d’un diamètre de 7 à 10 cm à l'embouchure, tourbe retournée en forme de tranchée.

Refuge

Il cherche refuge dans les greniers et les cheminées.

Empreintes caractéristiques, 5 doigts allongés.

Fèces : environ 5 x 1½ cm, de couleur variable, aux extrémités tronquées.

Indices à ne pas confondre

Poulaillers

Mouffette : oeufs ouverts à un bout, les coquilles étant tournées vers l’intérieur de l’œuf.

Vison : volailles avec des morsures à la base du crâne ou du cou et avec des marques de paires de canines très rapprochées.

Renard : mange d’abord la poitrine et les cuisses. La victime a souvent les doigts retroussés, car le renard tire sur les tendons en s’alimentant.

Pelouses et tourbes

Le raton-laveur, grâce à la dextérité de ses pattes avant, cause des dégâts plus sévères que la mouffette.

Rôle bénéfique

Le raton laveur est exploité pour sa fourrure et il est facile à capturer même par un débutant. Dans les campings et en nature, les gens aiment bien les observer.

La rage

Le raton laveur est une espèce qui peut être porteuse du virus de la rage. Évitez les ratons laveurs dont le comportement est étrange, qui sont particulièrement peu farouches ou qui s’aventurent en plein jour hors de leur gîte.

Ne touchez jamais un cadavre de raton laveur. Si vous en trouvez un, enlevez-le avec une pelle ou avec un autre instrument. Si c’est impossible, mettez des gants de caoutchouc ou de cuir. Nettoyez ces gants et lavez-vous les mains avec un produit désinfectant, puis rincez à l’alcool à friction. Si un animal domestique s’est fait mordre par un raton laveur, consultez un vétérinaire.

Particularités

Le raton laveur est un animal sociable, curieux, opportuniste et relativement intelligent. Il s’adapte à presque tous les types de milieux, mais préfère cependant les régions boisées. On le retrouve souvent à proximité des cours d’eau, en bordure des champs, près des lacs et des marécages. Il recherche les corridors de végétation le long des cours d’eau ou des rivières pour s'enfuir.

Il a remarquablement su tirer profit des régions agro-forestières et même des zones densément peuplées comme les villes où il trouve nourriture et abri en abondance. De plus, il n’a pas peur de l’homme et ce dernier, par ses comportements familiers avec cette espèce, est souvent à l’origine des problèmes.

Il est omnivore et se nourrit d’à peu près tout : petits rongeurs, oiseaux, insectes, glands, fruits, amphibiens, reptiles et poissons, quelquefois aussi de charogne. Dans les régions développées, il est attiré par les sources de nourriture diverses telles que les déchets, la nourriture pour animaux domestiques, le maïs et les jardins potagers.

Habile grimpeur, il établit souvent son gîte dans un arbre creux, mais on peut aussi le trouver sous une souche, dans un terrier abandonné ou dans les granges, greniers et hangars. Il est principalement nocturne, mais peut adapter son horaire en fonction de sa source de nourriture. C’est un animal rusé qui parvient souvent à ses fins grâce à une combinaison d’intelligence, d’habileté et de persistance.

Quoi faire?

Note. La mention d’un produit ou d’une entreprise ne constitue pas une préférence et une approbation; inversement, l’exclusion d’un produit ou d’une entreprise n’implique pas une discrimination.

MISE EN GARDE

Toute intervention effectuée à l’égard des animaux importuns doit être guidée par un souci premier de mise en valeur et de conservation des ressources. Les méthodes visant à éliminer les individus indésirables devraient toujours être considérées dans la perspective des récoltes légales, que ce soit par la chasse ou le piégeage selon les différentes espèces, de même qu’en fonction de l’usage à une fin quelconque du spécimen (fourrure, consommation, etc.).

Méthodes préventives

Dommages aux cultures, aux jardins et aux ruches

Exclusion

Ériger une petite clôture métallique de 1,2 m de hauteur, dont la base est solidement attachée à des poteaux, mais dont la partie supérieure (35-40 cm) n'est pas fixée et pend vers l'extérieur.

Ériger une petite clôture électrique qui est mise en circuit de l'aurore jusqu'à l'aube. Elle est constituée de 2 fils électriques situés à une hauteur de 15 et de 30 cm du sol. Les clôtures à neige seraient efficaces contre le raton laveur et d'autres espèces déprédatrices.

Dommages aux poubelles

Exclusion

Utiliser des poubelles de métal ou de plastique, solides et pourvues de couvercles bien étanches. Il peut être nécessaire de brocher les couvercles ou de les maintenir bien fermés au moyen d'élastiques de caoutchouc solides. Utiliser un dispositif (corde, support, etc.) de façon à ce que la poubelle ne puisse être basculée.

Conserver les poubelles dans un coffre pourvu d'un couvercle à charnière suffisamment lourd ou muni d'un dispositif de fermeture (cadenas, etc.).

Habitudes à modifier : le raton laveur étant nocturne, ne sortir les poubelles que le matin de la journée prévue pour l'enlèvement des ordures, plutôt que le soir précédent.

Dommages dans les poulaillers

Exclusion 

Fermer adéquatement tous les accès (portes, fenêtres). Boucher toutes les ouvertures de plus de 10 x 10 cm avec du grillage métallique, le raton laveur étant capable de s'y faufiler.

Clôturer avec du grillage métallique dont une partie (15 cm) est enterrée dans le sol et est pliée en L vers l'extérieur (40-50 cm). Un surplomb est dirigé du côté extérieur et un fil électrique est installé sur le dessus.

Dommages aux plaques de gazon (usuellement appelées « tourbe »)

Exclusion

Pour les petites superficies, fixer les plaques de gazon avec des piquets jusqu'à ce qu'ils prennent racine. On peut aussi prévenir le problème en installant le gazon vers le milieu ou à la fin de l'été plutôt qu'au printemps ou au début de l'été. En effet, les problèmes surviennent majoritairement vers le début de l'été, lorsque les petits ratons apprennent à fouiller le sol à la recherche d'insectes.

Présence de ratons laveurs dans les greniers et cheminées

Exclusion

Éliminer les accès en coupant les branches d'arbres ou en disposant des feuilles de métal (1 m x 1 m) sur les coins du bâtiment, en bloquant les ouvertures du grenier, en fermant les cheminées avec du grillage de maille 6 mm ou des capuchons de cheminées vendus dans les commerces de matériaux de construction. Ce dernier ne doit pas permettre l'accumulation de feuilles et occasionner le blocage de la cheminée.

Répulsifs

Les répulsifs sont généralement inefficaces, sauf pour faire sortir les ratons laveurs d'un endroit fermé avant la mise en place d'un moyen d'exclusion.

Méthodes de contrôle

Relocalisation

Il est fortement déconseillé de relocaliser les ratons laveurs loin de leur lieu de capture. Chaque déplacement comporte un risque d’introduire de nouvelles maladies compte tenu des dangers de dispersion du virus de la rage et des risques de récidive des individus causant les problèmes dans la région. Si les méthodes d’exclusion n’ont pas été effectuées, ce n’est qu’une question de temps pour qu’un autre animal ne vienne prendre la place de l’animal prélevé.

Prélèvement au moyen d’un piège

On peut utiliser les pièges en X certifiés conformes aux normes internationales de dimension 18 cm x 18 cm (nº 220) ou 16 cm x 16 cm (nº 160) placés dans une boîte avec des guimauves ou des appâts sucrés. L'utilisation de sardine, poulet et autres viandes et substituts doit être évitée, car il y a des risques de capture de chiens, chats et mouffettes.

Pour une description des techniques de piégeage, consulter le manuel intitulé « Piégeage et gestion des animaux à fourrure » distribué par la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec (www.ftgq.qc.ca). Il est préférable de faire appel aux services d’un trappeur professionnel.

Poison

Utilisation d'un insecticide visant à éliminer la source de nourriture des ratons (surtout des vers blancs). C'est cependant une méthode draconienne et sévère qui devrait être évitée dans la mesure du possible. Il faut environ trois semaines avant d'éliminer ces insectes.

Prélèvement au moyen d'une arme à feu

L'animal étant nocturne, cette méthode peut s'avérer dangereuse et la décharge d'arme à feu peut même être interdite dans certaines municipalités. Une carabine de petit calibre (.22) suffit.

Pour en savoir plus
  • Site officiel sur la Rage du raton laveur

  • Banfield, A.W.F. 1977 Les mammifères du Canada. 2e édition. Les Presses de l’Université Laval et University of Toronto Press. Ste-Foy. 406 p. Bird, David M. 1987. Les petits animaux sauvages autour de la maison, comment s'en accommoder. Centre de conservation de la faune ailée de Montréal. 122 p.

 

Dernière modification : 2011-01-07





Gouvernement du Quebec © Gouvernement du Quebec, 2007