Liste de la faune vertébrée du Québec

Introduction
Territoire du Québec fréquenté par les espèces de la liste
Espèces de la liste principale et de la liste complémentaire
Fonctionnement de la liste
Statistiques de la liste
Sources pour les noms scientifiques
Sources pour les noms français
Sources pour les noms anglais
Comment citer la liste
Mises à jour de la liste
Sources d’information
Équipe de réalisation

Introduction

La Liste de la faune vertébrée du Québec a été publiée pour la première fois en 1983 (Lagacé et coll. 1983). Une première mise à jour a eu lieu en 1995 (Desrosiers et coll. 1995). Ces deux documents ont été publiés en version papier. En 2006, la liste a été mise en ligne dans le site Internet du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF). La présente liste, en version électronique, est le résultat d’un processus continu de mise à jour assuré par le personnel scientifique de Faune Québec du Ministère. Elle a été réalisée dans le but d’offrir un accès à la nomenclature officielle des espèces de vertébrés reconnues comme étant présentes sur le territoire québécois, de même qu’à celle des espèces qui sont considérées comme disparues du Québec ou du monde.

Cette version permet d’intégrer, généralement une fois par année, les nouvelles connaissances liées notamment à la répartition géographique des espèces et à la nomenclature scientifique. Elle est donc conforme aux plus récents changements taxinomiques à l’échelle internationale.

Le concept des grands regroupements a considérablement évolué depuis la liste de 1995. Il y a eu notamment la création de dix nouvelles classes de poissons, dont quatre sont présentes au Québec : les Myxines (poissons sans vertèbres), les Pétromyzontides (lamproies), les Chondrichtyens (poissons cartilagineux) et les Ostéognathostomates (poissons osseux). Toutefois, même si les Myxines ne possèdent pas de vertèbres, elles sont conservées dans la liste et calculées dans le nombre total d’espèces vertébrées présentes au Québec.

Afin de faciliter la recherche dans la liste au moyen des divers outils de recherche, certains regroupements taxinomiques ont été effectués. Les quatre classes suivantes sont regroupées sous le groupe « poissons » : Myxines, Pétromyzontides, Chondrichtyens et Ostéognathostomates. De plus, les Tortues (Testudiniens), les Serpents (Squamates) et les Oiseaux, qui font partie du regroupement supérieur nommé Sauropsides, sont considérés comme trois groupes distincts, bien que, d’un point de vue taxinomique, leur séparation s’effectue à des niveaux inférieurs. L’ordre des Urodèles (salamandres) et l’ordre des Anoures (grenouilles) ont été regroupées dans le groupe des Amphibiens. Finalement, les Mammifères sont considérés dans un groupe distinct.

Un autre changement important apporté à la liste consiste en l’intégration de sous-espèces, de  populations et d’écotypes. L’intégration de ces taxons à la liste est justifiée par leur désignation juridique en tant qu’espèce menacée ou vulnérable ou par leur inscription à la Liste d’espèces des espèces fauniques susceptibles d’être désignées comme menacées ou vunérables. Le plus souvent, il s’agit de taxons isolés sur le territoire (p. ex., phoque commun des lacs des Loups Marins). Toutefois, ces taxons ne sont pas comptabilisés dans le nombre total d’espèces présentes au Québec. Les changements dans les noms scientifique, français et anglais, ainsi que les noms des catégories supérieures ont été apportés dans la mesure où ils sont reconnus par des organismes compétents.

HAUT DE PAGE

Territoire du Québec fréquenté par les espèces de la liste

Les frontières terrestres du Québec considérées lors de l’établissement de la Liste de la faune vertébrée du Québec sont celles qui apparaissent dans la carte ci-dessous. Dans le golfe du Saint-Laurent, la frontière correspond à celle décrite dans l’entente de 1964 entre les premiers ministres des provinces riveraines (Commission d’étude sur l’intégrité du territoire du Québec 1972 : 227-228). Quant aux frontières nord-ouest et nord du territoire, elles se situent le long des rives des baies James et d’Hudson, du détroit d’Hudson et de la baie d’Ungava (Brun 1974 : 21), ce qui exclut les îles côtières qui sont situées au Nunavut. Par conséquent, les espèces observées à une certaine distance de ces côtes ou débarquées ne sont pas intégrées à la liste. Ainsi, celles qui ont été considérées devaient se trouver dans les limites de ce territoire au moment de leur observation ou de leur capture, ce qui n’est pas toujours facile à déterminer, particulièrement pour les poissons et les mammifères marins.


Cliquez pour agrandir

HAUT DE PAGE

Espèces de la liste principale et de la liste complémentaire

La plupart des espèces inscrites dans la Liste de la faune vertébrée du Québec sont indigènes au Québec. Quelques espèces peuvent également être inscrites dans la liste sans être indigènes au Québec, si elles sont indigènes à l’Amérique du Nord. Au cours des dernières décennies, ces espèces ont vu leur aire de répartition s’agrandir et inclure maintenant le Québec où elles y sont maintenant acclimatées. La liste comprend aussi des espèces exotiques — c’est-à-dire introduites au Québec, de façon accidentelle ou délibérée, du fait de l’activité humaine —, dans la mesure où leur acclimatation et leur persistance au sein du territoire québécois soient démontrées de manière irréfutable. Enfin, les espèces que l'on rencontre dans les provinces et les États américains limitrophes ou qui s’y reproduisent et qui sont observées régulièrement au Québec sont également incluses dans la liste. C’est le cas notamment de certaines espèces d’oiseaux. Les espèces pour lesquelles il n’existe pas de preuves de présence vérifiables telles que photos, spécimens de collection, etc., ne sont pas intégrées à la liste.

La liste est constituée de deux composantes : la liste principale et la liste complémentaire. La répartition des espèces entre ces listes est effectuée en fonction d’une analyse rigoureuse des plus récentes données scientifiques disponibles. Les espèces inscrites dans la liste principale sont celles susceptibles d’être régulièrement observées sur le territoire québécois, soit parce qu’elles sont résidentes, soit parce qu’elles sont migratrices, qu’elles s’y reproduisent ou non. Les espèces exotiques sont intégrées dans la liste principale lorsqu’elles sont considérées comme étant acclimatées — c’est-à-dire régulièrement observées sur le territoire québécois — et qu’elles y complètent l’ensemble de leur cycle vital. Quant aux espèces exotiques non acclimatées ou aux espèces observées occasionnellement, elles sont inscrites dans la liste complémentaire. C’est le cas notamment de certaines espèces d’oiseaux pour lesquelles le statut de « visiteur exceptionnel » ou de « visiteur inusité » leur a été attribué. De plus, certaines espèces pour lesquelles il est impossible de démontrer ou de réfuter avec certitude l’origine sauvage ou captive sont intégrées à la liste complémentaire. Quant aux espèces d’origine indubitablement captive, elles ne sont pas incluses ni à la liste principale, ni à la liste complémentaire. Il est à noter que des espèces peuvent être transférées de la liste complémentaire à la liste principale ou vice versa, en fonction de nouvelles connaissances permettant un tel changement.

HAUT DE PAGE

Fonctionnement de la liste

L’onglet « Recherche » permet d’effectuer la recherche d’une ou de plusieurs espèces dans les listes principale ou complémentaire par nom scientifique, français ou anglais. Cet outil de recherche permet également d’accéder aux anciens noms scientifiques, français et anglais, et d’effectuer des requêtes par groupe, par famille ou par statut de précarité. En cliquant sur « Rechercher », la requête effectuée apparaîtra et en cliquant à nouveau sur le nom de l’espèce, l’utilisateur sera en mesure de consulter la fiche de l’espèce. Celle-ci contient divers renseignements comme les noms scientifique, français et anglais, les anciennes appellations, le statut taxinomique, le statut de précarité, le cycle de vie, le type d’habitat utilisé par l’espèce, etc. Pour les espèces menacées, vulnérables ou susceptibles d’être ainsi désignées, la fiche taxinomique donne également accès à d’autres informations.

Les onglets « Liste alphabétique », « Liste par groupe ou famille » et « Liste par statut de précarité » permettent d’extraire diverses listes d’espèces. À l’aide de l’onglet « Liste par groupe et par famille », il est possible d’obtenir des listes d’espèces triées par groupe ou par famille. Cet onglet permet également d’obtenir la liste complète des espèces des listes principale et complémentaire en sélectionnant « Peu importe la groupe » et « Peu importe la famille » dans les champs appropriés. L’onglet « Liste par statut de précarité » permet, quant à lui, de sélectionner les espèces selon leur statut tel qu’il est déterminé dans la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (espèce menacée, vulnérable ou susceptible d’être désignée). Cet outil permet également la sélection des espèces disparues ou disparues du Québec, qui ne sont pas calculées dans le nombre d’espèces faisant partie des listes principale et complémentaire.

Finalement, la liste permet une mise à jour régulière des statistiques concernant le nombre d’espèces de vertébrés sur les listes principale et complémentaire, selon les nouvelles connaissances obtenues par le Ministère sur la répartition géographique des espèces et les changements relatifs à la nomenclature scientifique.

HAUT DE PAGE

Statistiques de la liste - Nombre d’espèces de vertébrés par groupe sur les listes principale et complémentaire

Groupe Liste principale Liste complémentaire* Total
Poissons (Myxines)**
1
0
1
Poissons (Pétromyzontides)
4
1
5
Poissons (Chondrichtyens)
11
0
11
Poissons (Ostéognathostomates)
187
13
200
Amphibiens (Anoures + urodèles)
21
0
21
Mammifères
89
5
94
Serpents (Squamates)
8
0
8
Tortues (Testudiniens)
9
1
10
Oiseaux
319
117
436
Total
649
137
786

* Les listes principale et complémentaire ne comprennent pas les espèces disparues ou disparues du Québec, ni les sous-espèces, les populations et les écotypes.
** Selon la nouvelle nomenclature scientifique, la myxine, qui n’a pas de vertèbres, est reconnue comme un groupe distinct. Exceptionnellement, en raison de leur ancienne appartenance aux vertébrés, elle est inscrite dans la liste et intégrée dans le calcul du nombre total d’espèces vertébrées présentes au Québec.

HAUT DE PAGE

Sources pour les noms scientifiques

Le nom scientifique des espèces est celui retenu par les organismes qui sont reconnus mondialement pour faire autorité dans leur domaine respectif. Le regroupement uniformisé dans les catégories supérieures à la famille (ordres, classes, etc.) suit le système de classification de la biodiversité Systema Naturae 2000 (The Taxonomicon). Des ajustements ont été apportés en fonction de l’ouvrage de Lecointre et Le Guyader (2006).

Pour le groupe des Poissons, les sources d’information sont la sixième édition de la liste de l’American Fisheries Society (Nelson et coll. 2004), y compris la base de données du cédérom mise à jour dans le site Internet de la California Academy of Sciences et celui de la FishBase Organization. La taxinomie supérieure suit de très près la récente compilation de Hübner (2007) du site Internet Ichtsys. Une mise à jour s’est imposée pour quelques noms français suite à la publication de Desroches (2009) et un avis de l’Office québécois de la langue française (2009).

Pour le groupe des Amphibiens, la source retenue est la publication de Frost et coll. (2006), cette nomenclature étant suivie par Crother (2008) et, plus récemment, Collins et Taggart (2009).

Pour les groupes des Tortues et des Serpents, la nomenclature suivie est celle recommandée par Crother (2008) et également Collins et Taggart (2009).

Pour le groupe des Mammifères, le traitement systématique accepté par Wilson et Reeder (2005), publié dans le site Internet du Smithsonian National Museum of Natural History, et l’article de Hoofer et coll. 2006 ont été utilisés comme source d’information pour les genres et les espèces. Les catégories supérieures suivent le site Internet The Taxonomicon qui intègrera sous peu la nouvelle classification de Wilson et Reeder (2005).

Pour le groupe des Oiseaux, seules les espèces reconnues par l’AOU comme étant présentes sur le continent figurent dans notre liste. La liste à jour sur le site Internet de l’American Ornithologists’ Union (AOU) fut utilisée. Leur site Internet est employé pour la représentation phylogénétique des familles et leurs niveaux inférieurs. Les catégories supérieures suivent la classification de Livezey et Zusi (2007).

HAUT DE PAGE

Sources pour les noms français

Les noms français utilisés dans la liste proviennent de sources variées selon les groupes d’espèces. Pour les poissons, les noms sont ceux publiés par Nelson et coll. (2004), et ils sont complétés, dans certains cas, par l’ouvrage de Bernatchez et Giroux (2000). Pour les oiseaux, les noms sont ceux retenus par l’American Ornithologists’ Union (AOU), tel que le recommande le Regroupement QuébecOiseaux dans sa liste du 29 avril 2008. Quant aux groupes des Amphibiens, des Serpents et des Tortues, les noms utilisés sont ceux suggérés par Desroches et Rodrigue (2004). Pour les Mammifères, la majorité des noms provient de l’ouvrage de Prescott et Richard (2004).

HAUT DE PAGE

Sources pour les noms anglais

Les noms anglais des espèces sont ceux publiés dans le site Internet du Système d’information taxonomique intégré (SITI) du gouvernement du Canada. Toutefois, certains ajustements ont été nécessaires pour tenir compte des noms utilisés par des organismes affiliés dont NatureServe et le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). C’est le cas notamment pour certaines sous-espèces ou populations.

HAUT DE PAGE

Comment citer la liste

La liste doit être citée de la façon suivante : Ministère des Ressources naturelles et de la Faune — Faune Québec. 2009. Liste de la faune vertébrée du Québec. Mise à jour de septembre 2009. [En ligne] — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www3.mffp.gouv.qc.ca/faune/vertebree/.

Mise à jour de la liste

La Liste de la faune vertébrée du Québec a été publiée pour la première fois en 1983 par Lagacé et coll. (1983), en version papier. Elle a été mise à jour en 1995, également en version papier (Desrosiers et coll. 1995).

La première liste en format électronique a été mise en ligne le 26 août 2006 sur le site Internet du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF). Cette version électronique remplace désormais l’édition précédente en format papier. Elle permet d’intégrer, régulièrement, les nouvelles connaissances liées notamment à la répartition géographique et au statut des espèces. Elle intègre plusieurs changements taxinomiques survenus depuis 1995 et permet également d’avoir accès aux anciens noms scientifiques, français et anglais.

Le 6 mars 2007, la liste a été mise à jour afin d’y intégrer des changements taxinomiques survenus depuis sa mise en ligne en août 2006. De plus, de légers changements ont été effectués aux listes principale et complémentaire.

En juin 2008, la liste a été mise à jour afin d’y intégrer les développements survenus en taxinomie depuis mars 2007. On pourra notamment noter la création de dix nouvelles classes de poissons, dont quatre sont présentes au Québec soit : les Myxines (poissons sans vertèbres), les Pétromyzontides (lamproies), les Chondrichtyens (poissons cartilagineux) et les Ostéognathostomates (poissons osseux). Ces changements sont conformes aux plus récents développements en taxinomie à l’échelle internationale.

Finalement, en mars 2009, une mise à jour complète de la liste a été effectuée, de même qu'une mise à jour des statuts des espèces, en janvier 2010.

HAUT DE PAGE

Sources d’information

AMERICAN ORNITHOLOGISTS’ UNION (AOU). 2009. Check-list of North American Birds [En ligne]. — AOU [Réf. de septembre 2009]. ]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.aou.org/checklist/north/results.php

BERNATCHEZ, L. et M. GIROUX. 2000. Les poissons d’eau douce du Québec et leur répartition dans l’est du Canada. Broquet Éditeur, Boucherville, Québec. 350 pages.

BRUN, H. 1974. Le territoire du Québec - Six études juridiques. Presses de l’Université Laval, Québec. Collection Droit et Sciences politiques. No 6. 288 pages.

CALIFORNIA ACADEMY OF SCIENCES. 2008. Classification of fish families [En ligne]. — [Réf. de mars 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://research.calacademy.org/research/ichthyology/annotated/AnnChkPhyl.html

COLLINS, J. T. et T. W. TAGGART. 2009. Standard Common and Current Scientific Names for North American Amphibians, Turtles, Reptiles & Crocodilians. The Center for North American Herpethology, Lawrence, Kansas, 44 pages.

COMITÉ SUR LA SITUATION DES ESPÈCES EN PÉRIL AU CANADA (COSEPAC). 2008. Base de données des espèces évaluées par le COSEPAC. [En ligne]. — COSEPAC [Réf. de mars. 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.cosewic.gc.ca/fra/sct1/searchform_f.cfm

COMMISSION D’ÉTUDE SUR L’INTÉGRITÉ DU QUÉBEC. 1972. Rapport 7. La frontière dans le golfe du Saint-Laurent — 7.1 — Rapport des commissaires. Québec. Pages 227-228.

CROTHER, B. I. 2008. Scientific and standard english names of amphibians and reptiles of North America north of Mexico, with comments regarding confidence in our understanding – sixth edition. Committee on standard english names and scientific names. Official names list of American society of ichthyologists and herpetologists, The herpetologists League, Society for the study of amphibians and reptiles. John J. Moriarty Minnesota. 84 pages.

DESROCHES, J.-F. et D. RODRIGUE. 2004. Guide des amphibiens et reptiles du Québec et des Maritimes. Éditions Michel Quintin, Waterloo, Québec. 288 pages.

DESROCHES, J.-F. 2009. Proposition de changements de noms français pour quelques poissons d’eau douce du Québec. Le Naturaliste canadien 133 (1) : 73-79.

DESROSIERS, A., F. CARON et R. OUELLET. 1995. Liste de la faune vertébrée du Québec. Publications du Québec, Québec, 2e éd. 122 pages.

FISHBASE ORGANIZATION. 2008. FishBase [En ligne]. — [Réf. de mars 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.fishbase.org/search.php

FROST, D. R. et coll. 2006. The Amphibian Tree of Life. Bulletin of the American Museum of Natural History, New York, New York, No 297: 1-371.

HOOFER, S. R., R. A. VAN DER BUSSCHE et I. HORACEK. 2006. Genetic status of the American Pipistrelles (Verpertillionidae) with description of a new genus. Journal of Mammalogy 87: 981-992.

HÜBNER, A. 2007. Ichtsys - The System of the recent Fishlike and Fishes [En ligne] — Ichtsys [Réf. du 29 octobre 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.fsbio-hannover.de/oftheweek/ichtsys.php?english

LAGACÉ, M., L. BLAIS et D. BANVILLE. 1983. Liste de la faune vertébrée du Québec. Gouvernement du Québec, Ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche du Québec. 100 pages.

LECOINTRE, G. et H. LE GUYADER. 2006. Classification phylogénétique du vivant. Éditions Belin, Paris, France, 3e éd. 574 pages.

LIVEZEY, B. C. & R.L. ZUSI. 2007. Higher-order phylogeny of modern birds (Theropoda, Aves, Neornithes) based on comparative anatomy. II. Analysis and discussion. Zoological Journal of the Linnean Society : 149 : 1-95. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?artid=2517308

NATURESERVE. 2008. NatureServe explorer. [En ligne]. — NatureServe [Réf. de mars 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.natureserve.org/explorer/servlet/NatureServe?init=Species

NELSON, J. S., H. ESPINOSA-PÉREZ, L. T. FINDLEY, C. R. GILBERT, R. N. LEA, N. E. MANDRAK et J. D. WILLIAMS (éds.). 2004. Common and Scientific Names of Fishes from the United States, Canada and Mexico, American Fisheries Society, Bethesda, Maryland, Special Publication 29. 386 pages.

OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE. 2009. Normalisation Avis terminologiques # 1198930. Stiped bass – bar d’Amérique — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/officialisation/terminologique/fiches/1198930.html (septembre 2009).

PRESCOTT, J. et P. RICHARD. 2004. Mammifères du Québec et des Maritimes. Éditions Michel Quintin, Waterloo, Québec, 2e éd. 398 pages.

REGROUPEMENT QUÉBECOISEAUX. 2008. Liste des oiseaux du Québec. Version du 29 avril 2008. [En ligne]. — RQO [Réf. de avril 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://quebecoiseaux.org/files/RQOlisteOiseaux(1).pdf

SMITHSONIAN NATIONAL MUSEUM OF NATURAL HISTORY. 2008. Mammal Species of the World (MSW) [En ligne]. – [Réf. de mars 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://nmnhgoph.si.edu/msw/

SYSTÈME D’INFORMATION TAXONOMIQUE INTÉGRÉ (SITI). 2008. Gouvernement du Canada. Système d'information biologique par taxon. [En ligne]. — SITI [Réf. de mars 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://www.cbif.gc.ca/pls/itisca/taxaget?p_ifx=cbif

THE TAXONOMICON. 2008. Systema Naturae/2000/Classification — Biota — [En ligne]. — [Réf. de mars 2008]. — Accessible sur le site Internet. — Accès : http://sn2000.taxonomy.nl/Main/Classification/1.htm

WILSON, D. E. et D. M. REEDER (éds.). 2005. Mammal Species of the World. Johns Hopkins University Press, Baltimore, Maryland. 3e éd. 2142 pages.

HAUT DE PAGE

Équipe de réalisation

La Liste de la faune vertébrée du Québec, dans sa version électronique, est sous la responsabilité de Faune Québec du ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Jean Denis Brisson, taxinomiste à la Direction de l’expertise sur la faune et ses habitats (DEFH) en est le principal artisan. Dans cette minutieuse tâche, il a été secondé par Isabelle Gauthier, également de la DEFH. Plusieurs personnes du MRNF ont également collaboré à la révision de la liste : Daniel Banville, François Caron, Réhaume Courtois, Alain Desrosiers, Nathalie Desrosiers, Jean-Pierre Fillion, Claudine Laurendeau, Nathalie La Violette, Hélène Gouin, Brian Skinner, Germain Tremblay et Jean Tremblay. À ceux-ci se sont ajoutés trois collaborateurs externes : Josée Tardif et Normand David (pour les oiseaux), de même que Louis Bernatchez (pour les poissons). Ces personnes ont été consultées afin d’obtenir des avis plus éclairés sur certains problèmes de taxinomie ou de groupes d’espèces.

HAUT DE PAGE

 




 


Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2006