Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Caribou des bois, écotype montagnard, population de la Gaspésie
Rangifer tarandus caribou
Woodland caribou, mountain ecotype, Gaspésie population


Fiche descriptive


Rang S : S1
Rang G : G5T1Q
Statut au Québec : menacé, octobre 2009

Au Québec, tous les caribous appartiennent à la sous-espèce caribou des bois. Les biologistes utilisent le concept d’écotype afin de distinguer les populations. On en compte trois dans la province : forestier, montagnard et migrateur.

La population de caribous des bois de la Gaspésie - communément appelé « caribou de la Gaspésie » - est associée à l’écotype montagnard.

Aire de répartition et habitat 

Le caribou de la Gaspésie fréquente les hauts sommets des massifs McGerrigle (dont le mont Jacques-Cartier) et des Chic-Chocs (comprenant les monts Albert et Logan) ainsi que la forêt coniférienne mature avoisinant le parc. Cette population constitue aujourd'hui le dernier vestige des populations qui occupaient jadis les provinces maritimes (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard) et la Nouvelle-Angleterre (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island et Vermont).  Ce passage touche les 2 autres écotypes, soit forestier et migrateur.

Alimentation 

La composition du régime alimentaire du caribou de la Gaspésie varie selon les saisons. En été, il se nourrit principalement de bryophytes (mousse), de lichens et d’herbacées. En hiver, les lichens terricoles et arboricoles dominent son régime alimentaire. Les lichens arboricoles, que l’on trouve notamment dans les peuplements forestiers matures de haute altitude, sont essentiels à la survie du caribou lorsque les lichens terricoles sont couverts de neige.

Reproduction

Le rut et l’accouplement ont lieu à l’automne, de septembre à novembre. La durée de la gestation varie de sept à huit mois. Entre la fin de mai et la mi-juin, les femelles se dispersent dans divers types d’habitats pour donner naissance à leurs faons.

État de la population

Au début des années 1950, la population de caribous de la Gaspésie comptait de 700 à 1 500 individus. Au cours des années 80, elle était d’environ 250 individus. En octobre 2018, lors du dernier inventaire, la population était estimée à environ 70 caribous.

Outre la chasse qui s’est poursuivie jusqu'en 1948, ce sont les perturbations de son habitat par les activités humaines (ex. exploitation forestière et exploitation minière) qui seraient la cause ultime de ce déclin. Aujourd’hui, la précarité du caribou de la Gaspésie serait principalement attribuable au faible effectif de la population, au faible taux de survie des faons et des femelles causé par la prédation du coyote et de l’ours noir et à un habitat de moindre qualité.

Mesures de rétablissement

Le caribou de la Gaspésie fait l'objet d'un suivi au Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ). Une partie de l’habitat du caribou de la Gaspésie est protégée légalement depuis 1993.

Le Plan d’action favorisant le rétablissement de la population de caribous de la Gaspésie - MFFP,  produit par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) en février 2019, prend en compte les recommandations et contribue à l’atteinte des objectifs du plan de rétablissement pour la période 2019-2029. Le plan de rétablissement guide les actions du gouvernement mais il ne crée pas d’obligation pour ce dernier. Il demeure un outil scientifique constituant un des éléments devant être combinés aux recommandations de l’industrie forestière et celles des milieux social, économique et récréotouristique de la Gaspésie.

Le tableau de mise en œuvre du Plan d’action favorisant le rétablissement de la population de caribous de la Gaspésie - MFFP présente des pistes de solution qui s’inscrivent dans la stratégie globale visant à répondre aux besoins du caribou. Il propose des gestes concrets pour optimiser la protection des caribous tout en tenant compte des répercussions socioéconomiques possibles et en veillant à les minimiser.

Mise en place des équipes de rétablissement

Le plan de rétablissement

C’est en 1989 que le gouvernement du Québec a adopté la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables, dont l’objectif est d’assurer la sauvegarde de l’ensemble de la diversité génétique du Québec. Par la suite, le ministère responsable de la mission faunique au sein du gouvernement du Québec a mis en place des équipes de rétablissements ayant pour mandat de produire et de mettre en œuvre des plans de rétablissements.

Un plan de rétablissement présente les objectifs, les mesures et les actions préconisées pour favoriser le rétablissement d’une espèce désignée comme menacée ou vulnérable. Il rassemble les recommandations de l’équipe de rétablissement. L’équipe se compose de personnes qui, en raison de leurs compétences et de leur intérêt, participent  activement à l’élaboration et à la mise en œuvre du plan de rétablissement.

Le Plan de rétablissement de la population de caribous de la Gaspésie 2019-2029 constitue une mise à jour du plan précédent et assure sa continuité. Les mesures proposées dans le plan de rétablissement sont réparties dans différents volets comme l’aménagement et la conservation de l’habitat, l’encadrement du dérangement humain, la réduction de la prédation, l’acquisition des connaissances ainsi que la communication et la sensibilisation des citoyens.

Documentation complémentaire

Travaux d'acquisition de connaissances

Actions du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Travaux de l’équipe de rétablissement du caribou de la Gaspésie

Caribou des bois, écotype montagnard, population de la Gaspésie
 

Aire de répartition

Cliquez sur l'image
pour l'agrandir

Carte du Québec
Québec


Carte de l'Amérique du Nord

Amérique du Nord

 


Dernière modification : mai 2019
 
Québec.ca